mercredi 24 avril 2019

Rencontre avec les CM1 de l'Ecole Sainte-Marie Saint-Loup

Pour la troisième fois, Stéphanie Bocognano, professeure des écoles, m'a invité à présenter mes polars jeunesse auprès de ses élèves. J'ai donc été accueilli le mardi 23 avril 2019 à l'école Sainte-Marie Saint-Loup, à Marseille, dans le quartier natal de Marcel Pagnol, où je fus moi-même élève au lycée qui porte son nom.
Les élèves ont préparé des questions pour une interview filmée comme un journal télévisé. La vidéo suivra bientôt sur ce blog. Les journalistes en herbe n'hésitent jamais à m'interroger sur des détails du livre ou des étapes de mon parcours. C'est donc en toute liberté et en toute franchise que j'y ai répondu. 
L'après-midi, nous avons proposé aux élèves de s'initier à l'écriture d'une histoire policière avec le support "La machine à fabriquer des polars" que j'utilise et que Stéphanie a adaptée. Je précise que cette méthode m'a été inspirée par Jean-Marie Gillig dans son fabuleux livre "Le conte en pédagogie et en rééducation" (Dunod). Déjà, dans les années 1999-2000, je l'utilisais pour l'écriture de contes avec des jeunes de quartiers dits "sensibles".
Le résultat montre à chaque fois que les enfants, lorsqu'on les sollicite et qu'on stimule leur créativité et leur imagination, ils peuvent écrire des histoires loufoques, mystérieuses, voire au second degré, ce que je préfère, car il ne faut jamais se prendre au sérieux surtout quand on écrit...
Il est très important pour un scribouillard comme moi (je n'ai pas la prétention d'être un écrivain au sens médiatique ou académique), d'aller à la rencontre de mes jeunes lecteurs. J'aime cet exercice et je le fais volontiers, bénévolement et uniquement pour le plaisir. Mais je n'oublie pas mon objectif ni mon engagement militant et constant : transmettre le goût des mots, de l'écriture, de la lecture, de la liberté que cela procure. Les enfants m'ont d'ailleurs interrogé sur l'illettrisme, moi qui suis persuadé que le travail fabuleux des enseignants, des bibliothèques, des associations contribue à lutter contre l'illettrisme, voire à le prévenir dès le plus jeune âge. A mon tout petit niveau, c'est ainsi que je participe à cette juste cause.
Je remercie encore mille fois Stéphanie, les deux stagiaires enseignantes qui nous ont aidés à animer l'atelier. Merci également à Audrey Benoît qui m'a fait connaître Stéphanie et à la directrice de l'école pour son accueil.
Prochaine étape : trouver enfin un éditeur digne de ce nom pour rendre mes histoires plus accessibles encore, publier la 4ème histoire et d'autres encore à venir...






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LA MALADIE DE LA TIARE DANS LE QUARTIER DE L’IMPERATOR : un article de Chenda Chuon

  Article à lire ici ! Enorme merci à Chenda Chuon pour sa fidélité sans faille !