dimanche 16 septembre 2018

Jean-Louis Cadoré m'énerve.


Jean-Louis Cadoré m'énerve car il me pousse souvent et de manière éhontée à reprendre ma guitare et mon stylo.
Jean-Louis Cadoré m'énerve car partager la scène de temps en temps avec lui me manque et qu'en réalité il est le seul avec qui je me sente vraiment à l'aise pour refaire de la scène.
Jean-Louis Cadoré m'énerve car dans la vie c'est un type vraiment bien, généreux, qui sait valoriser les autres et se contrefout d’en récolter les lauriers. Pire, il se réjouit de leur succès ! (Il y en a tant qui, tout en chantant l'amour universel, sont en réalité de vrais sagouins).
Jean-Louis Cadoré m'énerve car son tout nouveau disque, Un chant, est un bijou. Des textes si bien servis par les talents associés de Dyne (piano, chant), Fabian Pallini (percussions), Richard Venutoli (batterie), Romain Chupin (piano), le tout arrangé et enregistré par Renaud Duret (qui tient aussi la basse et les guitares). Il m'énerve encore plus chaque fois que je lui propose un texte, moi qui mets des semaines à écrire une musique que je veux parfaite : il est capable de m'envoyer deux mélodies différentes juste pour que je choisisse ! Des mélodies toujours prenantes. Brel, Leprest ne sont jamais très loin.
Ce disque m'énerve parce que j'y retrouve des ambiances familières à la Nougaro, à la Nino Ferrer. La rencontre entre un texte écrit sur mesure par Jean Humenry et une musique de Jean-Louis est une merveille : Il y a longtemps que je t'aime sans te le dire. Mais quand Dyne et Romain Chupin mettent en musique Cadoré, c’est tout aussi fantastique. Ce n’est pas du tout objectif d’écrire cela, mais Jean-Louis a fait de mon Lampedusa, texte écrit dans la colère et la douleur, un magnifique hymne à la vie et à l'amour. L’émotion est garantie – le bougre – quand il chante ses coups de gueule, comme dans Dessine-nous un monde heureux et Sortie La Rose.



Bref, tout m'énerve chez Jean-Louis car il est mon ami et que je me refuse à écrire une chronique dans laquelle je ne dirai que du bien de lui.



Pour commander Un chant de Jean-Louis Cadoré (G-pods), 
mais aussi les deux précédents, 
La solitude au fond des golfes clairs et Patchwork,
c'est ici.

(Ohé les distributeurs et plateformes musicales en ligne, les CD de Jean-Louis méritent d'être écoutées et aimées par un large public !)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LA MALADIE DE LA TIARE DANS LE QUARTIER DE L’IMPERATOR : un article de Chenda Chuon

  Article à lire ici ! Enorme merci à Chenda Chuon pour sa fidélité sans faille !