dimanche 4 août 2013

Nous sommes toutes et tous des métissés de souche !

A l'heure où nous continuons à lire et à entendre, ici et là, notamment sur les réseaux sociaux, qu'il y aurait, d'un côté, des "Français de souche" et, de l'autre, des "immigrés", je poursuis mon décryptage des définitions des termes employés.

La "souche" est un mot qui vient du Gaulois, selon le "Robert", c'est "ce qui reste du tronc, avec les racines, quand l'arbre a été coupé." Selon le Larousse : "Source, origine, principe d'un ensemble ethnique, d'une famille linguistique : Mot de souche francique." Nous aurions donc une souche commune, qui remonte aux premiers humains, et qui a ensuite développé de multiples embranchements. Les recherches sur l'homme de Neandertal et l'homme de Cro-Magnon ont montré comment, avec la dérive des continents, pendant des milliers d'années, cette souche originelle a pu essaimer, évoluer, se croiser, se disperser.

"Emigrer", c'est quitter un pays pour aller vivre ou travailler dans un autre. "Immigrer", c'est s'installer dans un autre pays que le sien. "Dès le moment où nous sortons du ventre de notre mère, nous devenons toutes et tous des émigrés" dit Julos Beaucarne. 



Par essence, l'être humain n'est-il pas un éternel immigré, puisque, au fil des voyages, des exodes, des conquêtes, il n'a jamais su être seul survivant de sa souche, parce que fondamentalement il a besoin de l'Autre pour ne pas disparaître à jamais ? Repoussant toujours les limites de son horizon quotidien, n'a-t-il jamais cessé cette quête incessante de lui-même ? De cela, notre Histoire et notre Géographie en sont les preuves à chaque page, des plus sombres (colonisations, guerres) aux plus extraordinaires (science, culture, arts, cuisine...) Dans chacun de nos actes, de nos pensées, dans la musique que diffuse la radio chaque jour, dans ce que nous mangeons, dans les modes vestimentaires, dans les idées philosophiques et les religions, c'est pourtant bien le métissage qui est notre essence même !

Ce mot, métissage, tant honni par les extrémistes, vient du latin "mixticius". Drôles de mixtures que la bossa-nova, le blues, le jazz, le rap, la cuisine italienne, les recettes du couscous dans les différents pays, le café du Moyen-Orient ! Sans cette rencontre avec l'Autre, nous ne compterions pas en chiffres arabes, nous n'utiliserions pas tant de mots d'origines diverses (de l'anorak que nous portons l'hiver aux babouches que nous mettons aux pieds), nous mangerions sans doute une nourriture fade, nous nous serions mariés entre cousines et cousins et aurions fondé des familles consanguines, et l'humanité serait morte d'elle-même...

Etre "Français de souche", cela ne signifie donc rien d'historique, ni de scientifique. Jusqu'à combien de générations voudrait-on que l'on remonte pour trouver du sang uniquement français ? Certains disent 4. Pourquoi ce chiffre, pourquoi pas 10 ou 250 ? C'est bien d'une vision arbitraire, manichéenne, étriquée qu'il s'agit, niant l'histoire elle-même en se fondant sur des pseudos-vérités piquées ici et là sur des sites internet dont les sources ne sont jamais citées, d'ailleurs, ou qui se réfèrent à des auteurs révisionnistes et racistes.

Il n'y a qu'une seule race humaine, mesdames et messieurs les racistes, et il faudra bien l'admettre un jour. Vous-mêmes, vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas, parmi de lointains ancêtres, un tout petit peu de racines autres que Françaises. D'ailleurs la France était la Gaule jusqu'au Vème siècle, elle est un acte d'unification (donc de mélange !) de plusieurs royaumes après la chute de l'Empire Romain : celui du Nord, les Francs, avec un certain Clovis, en fut l'instigateur !

Nous sommes toutes et tous des métissés de souche !


"Dents d'ivoire et peau d'ébène", Gilbert Laffaille


Dent d'ivoire et peau d'ébène par mouche45


"Tous métis" Joël Favreau






"Bariolé", par votre serviteur, chanson de mon CD "Histoires à tenir debout (voir rubrique), inspirée par le très beau livre de Peter Spier, "Six milliards de visages", Ed. Ecole des Loisirs. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LA MALADIE DE LA TIARE DANS LE QUARTIER DE L’IMPERATOR : un article de Chenda Chuon

  Article à lire ici ! Enorme merci à Chenda Chuon pour sa fidélité sans faille !