mercredi 24 juillet 2013

Pour comprendre la situation des Roms en France

Roms, Tsiganes, Gitans, « gens du voyage », tels sont les mots que nous employons pour parler d’eux. « Ils roulent en Mercedes, volent les passants dans la rue, cambriolent les maisons, fouillent dans les poubelles, et touchent l’aide au retour au pays ». Tels sont les propos que nous entendons chaque jour. Mais qui sont ces femmes et ces hommes qui dérangent autant certains politiques et une partie de la population ? L’ignorance étant l’un des leviers du racisme, il est bon de tenter d’apporter quelques éléments.

Le terme « Roms » signifie « homme » en Romani, une langue très ancienne, qui remonte au XIème  siècle. Les premières populations se sont déplacées du Gange en Inde puis ont émigré, très progressivement, en traversant l’Asie pour rejoindre l’Europe. Elles sont arrivées en France au XVème siècle.  Les Roms sont alors reçus par les Aristocrates européens, auprès desquels ils ont trouvé une protection : l’un d’entre eux a édité, en Bohème (région de la République tchèque actuelle), un sauf-conduit, c’est pour cela qu’ils ont été nommés « Bohémiens ». Il y a eu sans doute bien des confusions, des interprétations diverses et politiques, pour qu’on les appelle également Tsiganes, du nom d’une ancienne secte d’Asie mineure et disparue à la même époque que l’arrivée des Roms en Europe. Ce sont des périodes d’esclavage et de persécutions en Europe occidentale, puis le génocide perpétré par les Nazis (entre 220 000 et 300 000 déportés), qui ont remis à jour ce terme de Tsiganes. Ces populations ont toujours été des « boucs émissaires » en situation de crise, notamment depuis la chute du mur de Berlin. Dans le sud de la France et en Espagne, où ces populations se sont mélangées et développées, c’est le mot « gitan » qui est utilisé. Les Manouches, quant à eux, sont ceux qui vivent dans l’Est de la France.
Pour mettre fin aux connotations imprégnées de représentations négatives et cautionnant les politiques d’exclusion, et pour ne pas utiliser une appellation ethnique, la France a opté pour le terme juridique et administratif « gens du voyage ». Pourtant, dans notre pays, les Roms désignent actuellement les Roumains et Bulgares qui émigrent vers la France. Bien évidemment, l’histoire de ces peuples mériterait un bien plus long développement, mais nous comprenons mieux déjà d’où ils viennent.
Pourquoi ces peuples dérangent-ils autant ? Sans doute parce qu’ils attisent notre curiosité et nos stéréotypes sur ces voyageurs, nomades, artistes qui se déplacent de ville en ville, et  dont on connaît partiellement, grâce aux médias, la musique, le cinéma ou le cirque… Ils exercent une certaine fascination, empreinte de jalousie peut-être pour les sédentaires casaniers que nous sommes. A contrario, ils attirent les accusations de vols, sont considérés comme envahisseurs quand ils occupent des terrains sans autorisation. Ces mamans qui mendient dans la rue avec leurs bébés dans leurs bras nous révulsent. Ils ne sont pas Français, et n’ont pas de titre de séjour les autorisant à travailler. Ils sont rejetés en Roumanie et de Bulgarie. Pourtant ils sont citoyens européens ! Où peuvent-ils dont mener une vie digne ?
Ce que nous pouvons faire pour aider ces populations :
  •    Intervenir auprès du parlement européen pour qu’une réelle politique soit mise en œuvre, en concertation avec les différents pays d’accueil
  •    Exiger de nos municipalités qu’elles respectent la loi dite « Besson 2 », du 5 juillet 2000, obligeant les communes de plus de 5000 habitants à prévoir des emplacements de séjour dans des conditions dignes
  •    Travailler sur l’accompagnement durable des familles, avec les services municipaux, les écoles, les associations, les bailleurs
  •    Intervenir systématiquement auprès des médias dès qu’un élu prononce des propos indignes de nos principes républicains
  •    Proposer d’inclure, dans les programmes d’histoire géographie sur la Seconde Guerre Mondiale, des contenus plus importants sur les persécutions des populations Roms.

Si nous étions dans le même cas, une population dont personne ne veut, qui a pourtant une histoire millénaire,  une culture, un mode de vie, comment réagirions-nous ?

Excellent documentaire diffusé par LCP : 
Vous devez installer Flash pour voir ce contenu.

"La route du Rom" par Les ogres de Barback 


4 commentaires:

  1. Très bon billet, et dans la playlist, je rajouterai "J'ai suivi beaucoup de chemins", de Colette Magny !

    RépondreSupprimer
  2. merci pour votre commentaire et pour la suggestion, c'est en effet une magnifique chanson...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet article.
    J'avoue pour ma part être de ceux qui ont "du mal" avec l'afflux depuis la Roumanie... Je travaille Porte de Montreuil et je note simplement le fait que les enfants ne vont effectivement pas à l'école...est-ce réellement du fait de l'état? j'en doute...
    En revanche ils trainent, insultent et agressent... je rappelle ici de simples faits dont j'ai été témoin et/ou victime. Toutefois ce ne sont pas les gamins que j'incrimine mais les adultes qui les incitent, voire les forcent à agir de la sorte. Tout cela est bel et bien organisé.
    Je ne parle ici que de Montreuil, mais si l'on entre dans Paris, on ne peut pas ne pas voir ce qui se passe sur les sites touristiques, entre les faux sourds-muets du Palais royale qui détroussent les touristes et les voleurs à la tire du métro...
    Je ne suis pas pour mettre tout le monde dans le même panier, ni ne nie la situation difficile de la population Rom, Tzigane, Manouche ou quelle que soit l'appellation choisie...toutefois je trouve difficile de nier le fait que nous sommes également aujourd'hui devant un problème de réseau de délinquance contre lequel il ne nous est pas possible d'agir car les "suspects" sont, le plus souvent,des mineurs...
    Bref je ne suis pas spécialement fière de moi sur ce point, mais j'ai le préjugé tenace en ce qui concerne les populations roms venant de Roumanie. Le fait d'être rejeté, ou d'être ou d'avoir été persécuté ne justifie pas tout.

    RépondreSupprimer
  4. bonjour, et merci pour votre réaction sincère et saine dans ce débat : mon article n'a pas d'autre but que de resituer le sens des mots pour mieux comprendre la réalité, et rechercher des réponses adéquates... j'ai moi-même été éducateur et connais donc également bien la question de la délinquance des mineurs ainsi que les réseaux qui les incitent voire les contraignent à s'y livrer, il faut des réponses pénales (sanction et réparation) mais il faut développer justement le travail avec les familles pour la scolarisation des enfants, sous forme d'engagement mutuel, il faut aussi une vraie réponse de l'ensemble de l'Europe pour endiguer ces réseaux... à Marseille il y a des initiatives qui portent vraiment leurs fruits pour ces familles, les médias devraient en parler beaucoup plus que des incidents, vols, problèmes d'intégration, etc.

    RépondreSupprimer

LA MALADIE DE LA TIARE DANS LE QUARTIER DE L’IMPERATOR : un article de Chenda Chuon

  Article à lire ici ! Enorme merci à Chenda Chuon pour sa fidélité sans faille !